Sous le pseudonyme de "Démocrate", j'ai créé ce site et l'alimente en contenu.

Pourquoi ? Parce que quand je me lève le matin et que je regarde ce que l'on fait du monde, ça me gâche le spectacle. Parce que continuer à vivre dans une société qui glisse irrémédiablement de l'injustice vers l'inhumanité et le chaos sans rien tenter m'est insupportable. Parce que je crois que c'est le moment ou jamais de ne plus simplement résister ou tenter de faire de son mieux dans son coin. Parce que ma patience est comme la votre et comme notre planète : elle a atteint ses limites.

Je ne prétends ni à une place de leader, ni ne souhaite saboter ou disperser davantage le bloc nécessaire mais déjà fragile qui aspire à une révolution citoyenne : les places ne se décident pas, elles se méritent.

Je n'invente rien: les idées présentées sont les fruits de pensées multiples et de l'aspiration du grand nombre. Je m'appuie sur les faits, les statistiques, les études, l'observation et le bon sens. Je tente de mettre en lumière ce qui m' apparaît pertinent et essentiel dans la recherche du bien commun et chez les auteurs de ces recherches. et ce que je constate, c'est que je ne suis pas plus ou moins débile que ceux qu'on entend au quotidien. Mais les concernant, je ne suis pas sûr de leur franchise, eux qui ont fait de l'opinion un métier.

Si des collectifs solides émergent dans l'esprit proposé ici, et c'est précisément mon espoir, je serai le premier à m'y fondre et m'y ranger. Mon objectif est de militer pour une convergence des luttes qui ne renonce pas à la diversité mais s'accorde sur l'essentiel afin de ne pas laisser le pouvoir nous échapper plus longtemps.

Le programme appartient à tous ceux qui y souscrivent. L'embryon ici présent est une simple contribution, une proposition de préalables.

Mon expérience: un nomadisme professionnel et social. Salarié aux ordres ou responsable de structure, travailleur au noir, intermittent, indépendant, chômeur, RSAiste, expatrié, j'ai connu presque tous les statuts! Spectacle, hôtellerie, agriculture, associatif et enseignement, j'ai voyagé dans bien des secteurs. Grandes et petites villes, campagne, j'ai vécu la diversité des territoires. Punks ou grands-mères, maires ou activistes, universitaires ou bac - 2, artisans ou patrons, j'ai rencontré tout un monde dans un égal respect.

Mes compétences: plastique et relativement tolérant, j'ai un certain sens de la médiation et de la synthèse. Curieux et créatif, j'aime apprendre et tenter de comprendre, de trouver des solutions, de relever des défis.

Mes défauts: revers de mes qualités, je ne suis pas mal partout mais excellent à rien ! Autodidacte, je perds mon temps à redécouvrir la Lune ou réinventer l'eau tiède, ce qui a tout de même un avantage: mes réflexions sont acquises et non apprises.

Je ne supporte pas: les maîtres qui ne souhaitent pas que leurs disciples s'élèvent, et le prétendu savoir de certains, cantonné à la répétition des dogmes, à l'accumulation de données, sans ouverture ni créativité. En résumé: le partage du monde entre sachants et débiles. Egalement, l'étendue de la bêtise humaine, aussi vaste que les océans, cet ennemi intime dont chacun de nous a sa part.

Ma pensée: nourrie de mes voyages dans les strates sociales et géographiques, surtout en France, un peu à l'étranger - on peut voyager loin comme au pied de sa porte - elle s'est formée au contact de la pensée écologiste, de celle de la gauche non libérale, de l'art (populaire ou "savant"), de la spiritualité (recherches, curiosité et expériences personnelles), et surtout au gré de mes rencontres et expériences concrètes.

Le programme et moi-même, auteur de son brouillon, serons certainement déclarés opportunistes par les uns, incompétents par les autres. Démagogues ou populistes. Consensuels ou irréalistes, donneurs de leçons ou qui sait encore quoi...

Il en sera de la responsabilité de ceux qui formuleraient de telles hypothèses, si elles ne sont pas fondées ou constructives, de proposer mieux pour atteindre ces objectifs ou d'endosser leur part dans l'échec où nous mènera assurément le gonflement des égos.

"Tous ensemble, tous pour moi !", je souhaiterais aussi que nous restions sourds aux cris de ralliement des leaders de partis, mouvements, médias d'influence qui se poseraient en guides providentiels ou prétendraient avoir les recettes de demain tandis qu'ils étaient à leur aise dans le système d'hier : jugeons les personnes sur leurs actes, leur passé et non sur leurs paroles.

Si nous ne faisons pas bloc aujourd'hui sur les principes essentiels, la démocratie, la souveraineté et la responsabilité écologique, la possibilité de s'écharper démocratiquement sur les autres sujets nous sera assurément confisquée demain. Soit par le renforcement continu d'une politique autoritaire et inepte, soit pour cause de fin du monde, le processus (r)évolutionnaire sera ajourné au prochain big bang... s'il a lieu.

 

 

 

 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire