krach boursier

  • Covid 19, krach boursier: imprévisibles? (1)

      C'est en tout en cas ce que prétendent les dirigeants d'Etats et les institutions internationales. L'impréparation et la gestion ubuesque de ces crises par la France, les Etats-Unis et la Grande Bretagne, pour ne citer qu'eux, devrait témoigner en leur faveur... Mais c'est la stupeur, l'indignation et la colère qui dominent. Et accessoirement, leurs erreurs à répétition alimenteront à coup certain la sphère « complotiste », ces illuminés qui voient en l'élite mondiale...des illuminés !

      A regarder les faits, on se demande qui l'est vraiment... Et leurs prévisions d'un Nouvel Ordre Mondial, établi à la faveur d'une purge d'une partie de l'humanité et de la faillite des Etats et de leur décomposition politique, prennent en ce moment une inquiétante résonnance. Nous y reviendrons bientôt...

    Une imprévision qui date.

    Concernant cet « improbable virus », vous pourrez (re)voir Contagion, un film de Steven Soderbergh sorti en 2011. Un virus, parti de Chine, y déclenche une pandémie mondiale en quelques jours. Quelle imagination ce Soderbergh ! Et la fin du film, résumant la chaîne initiale de propagation vous dira certainement quelque chose aussi...

    Imprévisible toujours, malgré ces avertissements de Bill Gates en 2017 (ici) , dont l'attitude donne elle aussi du grain à moudre aux théoriciens du complot (et , entre autres) ? Ce que le journal le Monde appelle pudiquement des infox a cette saveur indécise entre le vérifié et le fantasme...

    Imprévisible encore pour ces chercheurs en biologie qui ont manifestement eu à faire à des malentendants lorsqu'ils sonnaient l'alarme ? Jean-François Silvain (IPBES, Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité) explique dans Le Média que « cela faisait vingt ans que les chercheurs le disaient, le portaient, mais qu'ils n'étaient pas écoutés ». La question avait fini par se résumer pour eux à : Quand ?

    Et le reportage enchaîne : imprévisible encore à l'OMS, où en 2018 un groupe d'experts prévoit, sur le modèle d'Ebola ou du SRAS, l'arrivée certaine d'une prochaine zoonose, baptisée « maladie X » ?

    A qui la faute?

    On y apprend encore, si ce n'était toujours clair pour certains, que la réduction de la biodiversité à peau de chagrin par les appétits de nos sociétés biocidaires et également les inégalités de classe entre nations qu'elles entretiennent, en sont la cause principale. Et qu'augmenter encore la pression sur ce qui reste de nature sauvage nous en fera assurément connaître les merveilles exotiques : un réservoir estimé de 1,7 millions de virus inconnus qui n'attendent que de nous rencontrer lors des prochains débroussaillages.

    De quoi regarder sucre,viande et huile de palme avec moins d'appétit, si le menu comporte une pandémie à chaque dessert...

    Finalement, complot, accident favorisé dans son ampleur par l'élite ou simple symptôme d'un monde pour le coup totalement « illuminé », ce que nous apprend ce virus c'est que nos modes de vie ne sont tout simplement plus supportables et nos instances dirigeantes, au mieux, inefficaces. Que si, en haut lieu, on est sourd aux alertes pour ne pas déranger le business, nous autres sommes aveugles pour préserver notre confort et ne pas regarder en face le monde dans nos assiettes, nos réservoirs, nos ordinateurs et tout le reste du caddie.

    Et que si opérer un changement radical ne nous garantit pas la survie de notre espèce, il en reste néanmoins la dernière chance.